logo
Vous avez une question ? Appelez-nous

+: 20 28 44 07 / 51 41 09 41

Nous sommes ouverts du lundi au vendredi

: Lundi - Vendredi : 08.00 - 18.00

Envoyez-nous un e-mail

amsode@amsode.org

Archive quotidienne janvier 10, 2020

Parmaleha maiga

Cours de langue « Bamanankan » au profit de 30 Réfugiés Urbains

Le Projet d’Appui aux Réfugiés Urbains et Déplacés  de Bamako est financé par l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique  au Mali et mis en œuvre par l’Association Malienne pour la Solidarité et le Développement (AMSODE) pour une durée de dix (10) mois. Il vise à renforcer les efforts de protection et d’assistance de  l’UNHCR  en faveur des Réfugiés et à améliorer les conditions de vie des déplacés internes de Bamako. En vue de l’atteinte de ces objectifs,   le projet a initié une formation de trois (03) mois sur l’apprentissage de la langue « Bamanankan » au bénéfice de trente (30) réfugiés urbains de Bamako.

 Cette formation vise à améliorer les capacités des réfugiés en vue de leur faciliter l’insertion sociale au Mali et l’exercice d’une activité économique.

Cette initiative présente l’avantage d’aider les réfugiés notamment ceux évoluant dans les AGR à maitriser  la grammaire, la conjugaison, le vocabulaire commercial … du Bamanakan, la langue communément utilisée à Bamako.  A titre de rappel, l’identification et la mise de disposition  de la liste des 30 bénéficiaires de la formation suscitée  a été réalisée par  les Services Communautaires de l’UNHCR.

Le 16 novembre 2019 a débuté au Groupe Scolaire Moriba de Niamakoro les cours de langue en Bamakanan au profit de trente (30) réfugiés. Les cours de langue se tiennent deux (02) fois par semaine à savoir les samedis et  dimanches  de 14H-17H. Les frais de transport des réfugiés par séance sont  pris en charge par le projet et que la formation sera sanctionnée par une attestation.

Le Président de l’AMSODE  remercia et félicita les bénéficiaires de la formation pour le choix porté sur eux et dira que le projet vise à renforcer la résilience et l’autonomisation des réfugiés urbains. Dans cette perspective,  Il ajoutera également que  d’autres activités notamment la formation dans les corps de métier et les sessions  de renforcement de capacités sur les techniques de recherche d’emploi   seront développées  en direction des réfugiés. Le Président de l’AMSODE finira ses  propos par adresser ses encouragements pour une participation active   aux différents cours.

Suite à ces mots introductifs, la parole a été donnée au formateur pour sa présentation. Ainsi, le formateur déclinera son identité et relatera ses expériences professionnelles en matière d’accompagnement des non-maliens (étudiants, ouvriers et fonctionnaires) en matière d’enseignement de la langue bamanankan.  Après cela débutera le premier cours axé sur les salutations. 

Parmaleha maiga

Distribution de kits scolaires au centre de scolarisation d’urgence des enfants déplacés de Faladiè de l’ONG AMSODE

Zone de Texte: Le président de l’ONG avec une bénéficiaire.
Crédit photo : ONG AMSODE
Le président de l’ONG avec une bénéficiaire.
Crédit photo: ONG AMSODE
  • Le 18 decembre 2019 a été un jour de sourire et d’espoir pour les enfants déplacés de Faladié mais aussi pour les parents qui sont venus nombreux soutenir leurs enfants. Cela est devenu possible grace à une action de solidarité mais aussi un devoir pour AMSODE à travers la distribution de kits scolaires aux enfants  déplacés du centre  construit par AMSODE. En effet, AMSODE a mis en place un centre dédié à la scolarisation d’urgence des enfants déplacés de Faladié afin de garantir à leur accès à une éducation de qualité mais aussi la mise en place d’un dispositif de protection en faveur des enfants déplacés.  Cette distribution a permis à la chargée de cours du centre de disposer de matériel didactique et aux 50 enfants dont 6 Réfugiés (1 G et 6 F) et 44 déplacés internes (18 G et 26 F ) d’avoir de sacs, de cahiers, de livres, d’ardoises, bref de fournitures nécessaires à leur  scolarisation. Aussi,  Rappelons ici que cette donation de kits a été rendue possible grâce à l’appui du Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies  pour les Réfugiés notamment à travers ses Services Communautaires.

Suite à la distribution, la parole a été donnée à deux bénéficiaires pour leurs témoignages. Le premier M. D, jeune garçon agé de 10 ans, s’est exprimé en ces termes

« Je m’appelle M. D. Je viens de Mopti. Je suis très  content aujourd’hui de recevoir un nouveau sac et le matériel nécessaire pour bien étudier.Je salue AMSODE et l’organisation qui l’appuie dans la facilitation de la mise en œuvre d’un projet au bénéfice de nous, enfants déplacés. Ma joie est très intense car je vais au centre chaque jour maintenant. »

Quant à la fille S. D, agée d’environ 9 ans, elle a soutenu : « Moi, je suis très contente d’avoir mon kit et de venir régulièrement au centre. Je ne manquerai pas aux cours, j’aime beaucoup l’école. Je remercie AMSODE et son partenaire. »  Ces témoignages reflétant l’impression de tous les 50 enfants bénéficiaires  ont été chaudement ovationnés. 

Vue d'ensemble des enfants dans le centre avec l'équipe AMSODE

Par ailleurs, un parent d’élève a aussi exprimé sa satisfaction de voir les enfants dotés en kits scolaires en ces propos : « Je me réjouis de cette distribution de kits scolaires à nos enfants. Et je remercie vivement AMSODE et son partenaires  pour tout l’effort fourni depuis la sensibilisation des parents d’élèves sur l’importance de la scolarisation à la cette distribution par la construction d’un hangar en passant par la mise à disposition de bancs. Nous reconnaissons ces sacrifices à leur juste valeur. Ici au site de Faladié, nous avons toujours voulu que nos enfants apprennent à lire et à écrire.

Les enfants devant le centre

En revanche, nous étions incapables d’inscrire nos enfants à l’école faute de moyens financiers et de leur éloignement. Nous félicitons l’initiative de l’AMSODE, sans laquelle nos enfants resteront dans l’analphabétisme, source des nombreux maux de notre société.  Pour finir,  je dis encore une fois merci à AMSODE et son pour avoir permis à nos enfants d’accéder au savoir à l’instar  des autres enfants»