Contexte du programme

Les coronavirus forment une vaste famille de virus qui peuvent être pathogènes chez l’homme et chez l’animal. On sait que, chez l’être humain, plusieurs coronavirus peuvent entraîner des infections respiratoires dont les manifestations vont du simple rhume à des maladies plus graves comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Le dernier coronavirus qui a été découvert est responsable de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Le continent africain  enregistre  depuis un certain  temps des cas de coronavirus. Cette pandémie, rappelons-le,   a  déjà entrainé de nombreux cas en Chine, en Italie, en France voire en Afrique.  Selon les statistiques publiées le 18 Mars 2020 sur le site https://fr.statista.com/statistiques/1101324/morts-coronavirus-monde,  205 452  personnes  dont 118 dans les pays limitrophes du Mali ont été infectées  par le covid-19 à travers le monde. Face à la flambée du coronavirus et  sa rapide propagation en Afrique, bien de gouvernements  africains  non encore affectés  ont pris diverses mesures   pour prévenir l’émergence d’un cas de covid-19 et   d’y répondre en cas de sa survenue. 

En dépit des mesures prises par les autorités pour prévenir l’introduction de la pandémie au Mali, deux (2) premiers cas testés positifs au Coronavirus (COVID-19) ont été annoncés par le gouvernement dans un  communiqué en date du 25 Mars 2020. Face à cette situation relativement préoccupante, à la  rapide possibilité  de propagation à grande échelle du covid-19 et aux nombreux cas de décès  du covid-19 enregistrés dans le monde, il s’avère important voire nécessaire d’entreprendre et d’intensifier des actions de communication sur les mesures de prévention contre le covid-19 en direction des populations. Dans cette optique, Les autorités maliennes ont élaboré un plan d’action pour la Prévention et la Réponse à la maladie à Covid-19. Parmi les activités de prévention prévues dans ce plan occupe une place  importante la communication. Cette dernière se fait  principalement  suivant la stratégie de gouvernement, laquelle met avant la diffusion des messages de message  sur les radios et télévisions, la mise en place d’un dispositif d’information et sensibilisation des usagers à travers les écrans de télévision à l’aéroport, la mise en place d’un dispositif d’information et sensibilisation des usagers à travers les écrans de télévision à l’aéroport, la prestation sur les antennes de la télévision et des radios. Cette stratégie bien qu’importante, risque de ne pas toucher un grand nombre de populations vivant  les milieux relativement vulnérables notamment les personnes en mouvement à l’intérieur du pays, certains points d’entrées dans le centre et nord du pays, les camps de déplacés internes, les réfugiés et autres quartiers pauvres.

Par ailleurs,  le coronavirus est une maladie, une fois apparue, se propage de manière exponentielle. Les capacités  de gestion des établissements hospitaliers au Mali ne sont pas suffisamment grandes pour faire face au coronavirus en cas de contamination à grande échelle. Aussi, des rumeurs infondées continuent toujours de circuler sur les réseaux sociaux et dans les familles quant à l’existence du covid-19, la supposée « invulnérabilité des Africains » etc. Pour réduire les risques de propagation du covid-19 au Mali, l’intensification des sensibilisations constitue  alors l’une des meilleures solutions. La disponibilité de chaque agent de santé pour appuyer les autorités malienne et les partenaires d’intervention pour la prise en charge des malades sera cruciale, chaque médecin généraliste ou spécialiste, chaque infirmier, sage-femme bref chaque personnel de la santé sera utile pour contenir cette maladie.

Le Mali reste à ce jour un  pays présentant un fort risque de contamination, et ce pour plusieurs raisons. Des pays limitrophes du Mali tels que le Sénégal et le Burkina Faso ont enregistré les premiers cas confirmés de covid-19 sur leurs sols.   De nombreux déplacements sont effectués par les Maliens vers beaucoup de pays touchés et vice –versa. Cette réalité accentue les risques de survenue du coronavirus au Mali. C’est partant de cet état de fait  que les autorités maliennes ont élaboré un plan d’actions pour la Prévention et la Réponse à la maladie Covid-19. Parmi les activités de prévention dans ce plan occupe une place  importante la communication. Cette dernière se fait  principalement  suivant la stratégie de gouvernement, laquelle met avant la diffusion des messages de message  sur les radios et télévisions, la mise en place d’un dispositif d’information et sensibilisation des usagers à travers les écrans de télévision à l’aéroport, la mise en place d’un dispositif d’information et sensibilisation des usagers à travers les écrans de télévision à l’aéroport, la prestation sur les antennes de la télévision et des radios. Cette stratégie bien qu’importante, risque de ne pas toucher un grand nombre de populations vivant  les milieux relativement vulnérables notamment les camps de déplacés internes (les grands oubliés) et quartiers pauvres   . Aussi, elle ne donne pas une grande possibilité aux populations de  directement poser des questions  sur les meilleures dispositions  à prendre pour  réduire au minimum les risques de contamination. 

Par ailleurs,  le coronavirus est une maladie, une fois apparue, se propage d’une manière exponentielle. A la date du 28 mars 2020, le Mali enregistre 18 cas testés positifs dont 14 importés et 4 sont des contaminations locales avec un décès. Plus de 350 personnes en contact avec les cas ont été retrouvés et mis en quarantaine. Les capacités  de gestion des établissements hospitaliers au Mali ne sont pas suffisamment grandes pour faire face au coronavirus en cas de de son émergence. Alors, l’intensification des sensibilisations constitue une des meilleures solutions pour éviter la survenue de cette pandémie au Mali.